Step by Step

Histoire de la trêve des confiseurs

D'ici la fin de la semaine, nous allons entrer dans une période que l'on appelle en France la "trêve des confiseurs". Il s'agit de la semaine qui s'étale entre Noël et et le jour de l'An.

trève des confiseurs

Mais attention à cette expression trompeuse, elle ne signifie pas, comme on pourrait le croire, que les confiseurs s’arrêtent de travailler mais plutôt que tout le monde s’arrête pour laisser les confiseurs travailler et gagner de l’argent en vendant leurs sucreries.

Traditionnellement, durant cette période :

  • L’activité politique s’arrête pour la traditionnelle "trêve de Noël" du Sénat et de l'Assemblée depuis 1875.

  • On observe une accalmie sur les marchés boursiers.

  • Dans le monde du football, débute la «trêve hivernale» (qui elle a des origines météorologique principalement).


Mais d’où vient cette trêve ?

saint louis

La traditionnelle accalmie que l'on observe aujourd'hui entre Noël et le jour de l'An trouve ses racines dans la "Trêve de Dieu" instaurée au Moyen âge.

En effet, vers 1250 en pleine période des croisades le très pieux roi Louis IX, futur Saint Louis, incite tous les seigneurs à stopper les combats pendant le temps de l’Avent jusqu’à Noël, celui du Carême et pendant les fêtes de Pâques. Ceci au nom de l'église qui menace d’excommunication tous ceux qui engagent des combats du mercredi soir au lundi matin, ainsi que les jours de jeûne et de fêtes. Et en ce temps là les guerres sont incessantes car les seigneurs sont sans cesse en quêtes de nouvelles richesses et de nouveaux territoires.


Origine de l'expression

L'expression "la trêve des confiseurs" trouve son origine bien plus tard en 1875. En effet en décembre 1874, nous sommes à l'aube de la troisième république et les débats sont vifs entre les monarchistes, les bonapartistes et les républicains qui peinent à trouver un accord sur la future constitution. Ils décident donc de s’arrêter durant la période des fêtes et de remettre leurs négociations à l'année suivante. Très concrètement, les travaux à la Chambre s’arrêtent le 31 décembre jusqu’au deuxième mardi de janvier, faisant le bonheur, selon les observateurs, des vendeurs de confiseries en tout genre.

assemblée

En 1882 Jules Lermina, dans "Fondation de la République française" revient sur cette période :

"d'un commun accord, tous les groupes de la Chambre jugèrent que l'époque du renouvellement de l'année était peu propice à des débats passionnés. A cette occasion, la presse satirique imagine le mot de trêve des confiseurs"

Un peu plus tard, en septembre 1898, T. Pavot dans "L'Intermédiaire des chercheurs et curieux, questions et réponses, communications diverses à l'usage de tous, littérateurs et gens du monde, artistes, bibliophiles, archéologues, généalogistes, etc. Volume 38, 20" précise l'origine de cette expression :

"Aux approches de Noël, par une sorte d'accord entre les parlementaires, on ne soulève pas de questions irritantes, qui, troublant l'esprit public, nuiraient aux affaires. Et même, afin de mieux vivre en paix, on se sépare, on se donne des vacances. Donc, point d'aigres propos et pendant cette accalmie, les marchands de sucreries, de gâteaux, de friandises, font, tout doucement, leur petit commerce. Les confiseurs jubilent, profitant de la suspension des hostilités à la Chambre, et cette tranquillité dont ils bénéficient s'est appelée la trêve des confiseurs."


La trêve de Noël

Au cours de la Première Guerre mondiale, on parle de "trêve de Noël", la guerre de tranchées fait alors une pause momentanée et ceci sans aucun caractère officiel.

trève de noel

Cela commence le 24 décembre 1914, les soldats britanniques qui sont rassemblés à Ypres en Belgique entendent des chants s’élever des positions ennemies. Bientôt, ils repèrent des soldats allemands qui quittent leurs tranchées et leur font signe. Au milieu d’un paysage apocalyptique, les deux adversaires finissent par échanger quelques mots et sont alors proches de fraterniser et se mettent même à jouer au football ensemble.

Mais en avril 1915, tout cela est déjà oublié quand l’armée allemande utilise pour la première fois du gaz pour tenter de déloger d’Ypres deux divisions françaises.


Pas de trêve pendant la seconde Guerre Mondiale

Pendant la deuxième Guerre Mondiale, la trêve des confiseurs ne joue plus aucun rôle. Du 22 au 24 décembre 1940, l'armée allemande bombarde massivement la ville de Manchester. Puis, le 29 décembre, c’est au tour de Londres d’être ravagée par les bombes incendiaires.

Ce même jour aux états-Unis, au cours d’une intervention à la radio, le président Franklin D. Roosevelt annonce que son pays doit devenir "l’arsenal de la démocratie". Parallèlement, Washington offre son assistance à la Grande-Bretagne...


Une mesure économique ?

Nous sommes fin 1874, la guerre franco-allemande de 1870-71, puis l'épisode sanglant de la Commune en mars, avril et mai 1871 ont affaibli la France et surtout Paris. Sur le plan politique, les luttes font rage entre républicains, bonapartistes, monarchistes et révolutionnaires, chaque groupe voulant conquérir le pouvoir. Malgré leurs vifs débats, les hommes politiques décident en décembre 1874, de remettre leurs différend à l'année suivante sous prétexte que "le peuple doit pouvoir se concentrer sur les fêtes de fin d'année".

Attention, nous ne méprenons pas, cette apparente sollicitude pour le peuple ne concernait pas sa tranquillité d’esprit ou un respect pour l'esprit des fêtes de fin d'année. Non, il s’agissait déjà à l’époque de faire en sorte que le peuple, enfin, ceux qui en avaient les moyens, puisse consommer plus. Il fallait donner un coup de pouce au commerce affaibli par les conflits des années précédentes.

magasin confiseurs

Il n’est donc pas étonnant que ceux qui en aient le plus profité à l'époque soient les fabricants et commerçants de confiseries. En effet cette trêve a apporté une réelle augmentation des ventes à des artisans et des commerçants au bord de la faillite. Ce qui, dans le contexte de crise économique de l'époque, était non négligeable. La dualité de cette trêve explique en partie la réaction de la presse satyrique et donc les premières utilisations de l'expression de la "trêves des confiseurs" pour désigner cette "pause" politique.

Aujourd'hui, certains économistes pensent que les hommes politiques de la IIIe République ont expérimenté une méthode qui sera explicitée en 1930 par un célèbre économiste Anglais, John Maynard Keynes : la relance de l’activité économique par la consommation.

La trêve des confiseurs est toujours appliquée aujourd’hui et cela ne se dément pas. De nos jours, la période des fêtes reste le moment de l’année où l’on dépense le plus.


Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à nous laisser un petit commentaire ici ou sur notre page Facebook : Step by Step - Blog et à le partager avec vos amis...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Qui sommes-nous ?

Blog d'une maman Bretonne de trois petites miss de 7, 5 et 3 ans, instruites en famille.En savoir plus...

Nos coups de coeur
Catégories
Rechercher
Tranches de vie en IEF
logo box pandore logo speaky planet